• Verbo-tonale et DNP

    Verbo-tonale et DNP

    Pour la petite histoire, au départ, je suis formée DNP. J'ai quasiment fait tous les week-ends avec l'équipe de Strasbourg/Mulhouse. Je m'en suis beaucoup servie dans mon précédent travail avec les dysphasiques, les dyslexiques pour travailler sur la phonologie (au sens large : à l'oral mais aussi en lien avec l'écrit) et aussi, avec quelques enfants, j'ai fait des images pulsées.

    Dans mon nouveau travail, qui dépend de l'APAJH, on utilise la verbo-tonale. Pendant un an, j'ai touché du doigt la verbo en continuant à faire un peu de DNP, mais moins académique (pas de peinture, par exemple). Et cet été, l'établissement nous a payé une formation interne en initiation verbo-tonale.

    Aujourd'hui, je vais tenter une petite comparaison, qui sera bien imparfaite. Je vous invite à compléter, bien entendu.

    D'après l'histoire officielle qu'on nous raconte en formation DNP, Madeleine Dunoyer de Segonzac aurait commencé à créer des choses au Magreb, puis se serait rapprochée de Guberina, par la suite en y ajoutant d'autres sources.

    Pour notre formatrice verbo, la DNP a "copié".

    Je ne rentrerai pas dans ces détails qui ne m'intéressent pas. Du qui a fait quoi ? du qui a copié quoi ? Pour moi, on n'invente rien, on s'inspire toujours de choses qui existent déjà et on en fait autre chose en fonction de sa personnalité et de ses objectifs.

    La verbo est vraiment tournée vers les enfants sourds. Elle est faite pour que ces enfants qui ne perçoivent pas la parole par l'auditif puissent quand même parler en s'appuyant sur l'auditif qui reste et sur d'autres sens. La formatrice que nous avons eue a été formée auprès de Guberina. La verbo, c'est une véritable méthode qui a toutes les clés pour les enfants sourds. Elle est à l'origine de ce qu'on fait avec les enfants sourds pour l'éducation auditive, par exemple.

    La DNP est utilisée avec les enfants sourds, mais pas que. Les formateurs sont beaucoup plus nombreux, elle a été digérée par de nombreuses personnes. Elle est née en France mais s'est exportée vers d'autres pays francophones.

    Comme toute approche rééducative, elles peuvent tourner à l'endoctrinement en fonction du formateur (ou de la formatrice). Il y a en aura des puristes qui vous diront qu'il ne faut faire que ça et d'une certaine manière et qu'on peut tout faire avec. Ces formateurs-là, il faut les fuir, ils ne sont pas nombreux mais ils existent (j'en ai rencontrés).

    Pour les deux approches, on retrouve :

    - l'importance du rythme

    - l'utilisation du corps pour marquer les phonèmes

    - les comptines

    - les traces

    Le travail du rythme (qu'on appelle musical en verbo) est très proche dans les deux, de ce que j'ai vu et de ce que j'en retiens. Il permet le travail de la prosodie, par exemple.

    Dans les deux approches, on utilise donc le corps pour favoriser la production des phonèmes, et même plutôt des syllabes. La DNP appelle cela des grands mouvements, ils sont assez codifiés et on nous explique pourquoi ils ont été choisis. En verbo, on appelle cela le rythme corporel. Ce n'est pas vraiment un code. On nous explique les caractéristiques des phonèmes et comment on peut vivre ces caractéristiques dans son corps. Ce qui paraît important, c'est comment corriger l'enfant quand il se trompe. Il faut repérer quelle caractéristique n'est pas bien marquée et la corriger. C'est ce que je trouve le plus intéressant, par rapport à la DNP.

    Dans les deux approches, il existe des comptines. En verbo, cela rejoint le rythme musical et des tas de comptines sont déjà écrites. En DNP, on peut créer ses propres comptines, en se basant sur les difficultés de l'enfant et là, c'est la DNP qui me paraît intéressante.

    Enfin, les traces. En DNP, c'est uniquement de la peinture, ou à la rigueur de la semoule ou de l'eau dans un plateau. En verbo, elles peuvent prendre différents média : crayon, peinture, semoule ou autre. Dans les deux cas, elles doivent reproduire ce qu'on ressent dans son corps. En DNP, cela est vraiment codifié. En verbo, comme pour le rythme corporel, c'est laissé à l'appréciation de l'adulte, en fonction de ce qu'il veut corriger. Le fait, qu'on puisse faire des traces avec autre chose que de la peinture est assez intéressant parce que sortir la peinture en rééducation, ça prend énormément de temps et accessoirement, c'est salissant. C'est aussi assez coûteux car il est difficile de garder de la peinture suffisamment liquide pendant longtemps.

    Je vais probablement faire ce qu'il ne faut pas, à savoir un melting entre les deux...

    Pour se former à la DNP, le site de la joie de parler

    Pour se former à la verbo-tonale, le site de l'APAJH

    C'est la première fois que vous venez sur le blog ? Un document pour vous aider à voir ce que vous pouvez y trouver dans ce billet.

    « Entoure le bon mot inDimanche 9 septembre 2012 »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    cocina
    Vendredi 19 Octobre 2012 à 11:13

    Bravo pour le resumé de ton expérience. J'ai bien apprecié, il me donne de la lumière.

    Merci beaucoup,

    Etoile

     

    2
    Fany Profil de Fany
    Vendredi 19 Octobre 2012 à 19:12

    je t'en prie ;)

    3
    GADEN Thérèse
    Jeudi 13 Juin 2013 à 09:44

    Bonjour


     


    Voici la marque de peinture que j'utilise depuis fort longtemps et qui ne sèche pas : MAGBEL'ECO / WILALEX MAGBEL.


    Je garde chaque peinture diluée avec de l'eau dans de grandes boîtes hermétiques en plastique . L'enfant met ses mains dans ces mêmes boîtes.


    Cordialement


    Thérèse Gaden

    4
    Fany Profil de Fany
    Jeudi 13 Juin 2013 à 18:12

    Merci beaucoup pour l'astuce de la peinture qui ne sèche pas. J'avais effectivement aussi des grandes boîtes hermétiques (difficile de trouver des formats adéquants, larges et pas très hautes). Mon problème, mais c'est très perso, c'est que je ne ferme pas bien les boîtes ;)

    5
    Dimanche 20 Septembre 2015 à 13:32

    Coucou Fanny, Merci pour cet article. Je partage ce point de vue... Une question : tu dis que tu travaillais beaucoup comme ça au début.... Et donc aujourd'hui ? Avec les petits, ce lien corps /son est tellement efficace... que proposes tu aujourd'hui ?


    Elisa

    6
    Dimanche 20 Septembre 2015 à 18:33

    Bonjour Elisa, je continue à utiliser ce genre d'approche. Depuis 4 ans que je travaille dans un établissement différent, je m'adapte à ce qui y est utilisé et c'est donc plus la Verbo-Tonale. C'est parfois difficile de m'y retrouver, les grands mouvements de la DNP sont parfois différents du rythme corporel de la Verbo-Tonale. C'est d'ailleurs comme cela que je finis mon article en parlant de mélange entre les deux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :