• A venir cette semaine :

    Syllabes orales/syllabes écrites


    votre commentaire
  • Ca fait bien longtemps que je n'ai pas partagé de matériel ! Il faut dire que j'utilise beaucoup langageoral.com et artiskit, ce qui ne permet de vous en faire profiter. Enfin, artiskit, je pourrais sur la page FB mais il faut que je mette en forme.

     

    Aujourd'hui,  je partage un matériel pour travailler sur les faits arithmétiques, particulièrement sur les compléments à 10. Je vous avais parlé d'un jeu intéressant pour cela : Pig 10. Ce jeu est chouette mais comme beaucoup de jeux, il faut avoir une étape avant, afin d'automatiser un peu et de faire découvrir une stratégie avant d'y arriver. Ça fait un moment que je réfléchis pour que l'enfant utilise les configurations de doigts qu'il connait bien, d'autant plus que je travaille avec des enfants sourds, très tôt exposés aux configurations des doigts qui correspondent aux chiffres signés, pour ceux qui ne le sauraient pas.

    Compléments à 10Compléments à 10

    J'ai réalisé un Powerpoint tout bête avec les différents configurations et je demande à l'enfant de compléter un tableau "doigts levés/doigts baissés". L'idée, c'est que l'enfant avec cette liste qu'il fait seul puisse se rendre compte qu'il a, sur lui, tous les compléments à10.

    J'ai utilisé les doigts du site librairie interactive, lien qui est aussi sur mon Pinterest (allez-y que je vous dis là-bas, c'est top).

     

    Voici le PPT et le fichier pour noter les réponses.

     

     

     Et ça marche ! Ma petite cocotte, lorsqu'on joue à Pig 10, peut dire combien il faut ajouter à 7 pour faire 10. Ouf !

     

     C'est la première fois que vous venez sur le blog ? Un document pour vous aider à voir ce que vous pouvez y trouver dans ce billet.

    Pin It

    votre commentaire
  • A venir cette semaine :

    Les compléments à 10


    votre commentaire
  • Si vous me suivez, si vous lisez mes articles régulièrement, vous savez que je peux être un peu psycho rigide sur certains termes comme les bilans étalonnés ou les pré-requis….

    Aujourd'hui, j'ai envie de partager avec vous un autre abus de langage qui me fait hérisser les poils, c'est quand on parle de langue des signes à tout bout de champ. Je suis tout à fait pour la démocratisation de cette langue fascinante et longtemps interdite, il va sans dire. Mais ce n'est pas pour autant que je vais cautionner qu'on parle de langue des signes quand on fait du français signé.

    La langue des signes

    Actuellement, il y a deux thèmes qui font beaucoup parler d'eux avec le français signé : le makaton (et tous les systèmes où l'on signe sur de l'oral pour pallier les troubles de la communication) et le baby signs. Dans ces deux cas là, on voit souvent "les bébés apprennent la langue des signes" dans les média ou dans des articles de blog ou alors "les enfants autistes utilisent la langue des signes" . Alors, stop, on arrête, dans le cas du baby sign et du makaton, on fait du français signé, c'est-à-dire qu'on utilise des signes de la LSF (Langue des Signes Française) qu'on colle sur de l'oral mais on ne fait pas de la LSF. La LSF est une langue avec une syntaxe particulière et au-delà de ça une iconicité très particulière impossible à traduire en français. Par exemple, en fonction de la vitesse à laquelle on marche, on signera le mot marcher avec des mouvements plus ou moins rapides. Si je marche lentement, mon signe sera lent. Si je marche vite, mon signe sera rapide.

    Or, si vous êtes dans le baby sign ou le makaton, vous signerez marcher lentement ou marcher vite avec deux signes : vous signerez "lentement" ou "vite" en plus de marcher, et c'est mieux car dans le cas qui nous occupe, des bébés ou des enfants avec des troubles de la communication, ce qu'on veut c'est du français.

    Alors, s'il vous plait, on arrête, on emprunte des signes de la LSF mais on ne fait pas de LSF.

    Sinon, j'y crois, moi, au français signé dans le cas des troubles du langage : j'avais même écrit un article à ce sujet ici.

    Bon, et puis, comme j'y suis, on ne dit pas "le langage des signes" mais "la langue des signes".

    Et je finis par : non, Nathalie Le Breton (cf. émission des maternelles sur les enfants entendants de parents sourds), des sourds qui oralisent n'ont pas une langue particulière, c'est de l'oral comme nous. Parfois la voix est particulière, il peut y avoir des erreurs de français mais pas forcément, et c'est du français, comme nous.

    Et si vous voulez en savoir plus sur la LSF, je vous conseille d'aller faire un tour sur ce blog tenu par un interprète français/LSF.

     

    Pour finir, une petite vidéo. On voit que les signes sont approximatifs mais c'est mignon.

     

    C'est la première fois que vous venez sur le blog ? Un document pour vous aider à voir ce que vous pouvez y trouver dans ce billet.

     

    Pin It

    5 commentaires