• C'est une journée entière sur le langage oral du petit enfant. Elle a donc lieu à Paris le 14 juin. Les premiers résultats d'une étude longitudinale d'enfants TSLO suivis de 4 ans 1/2 à 8 ans 1/2 seront présentés. Il y a aura aussi plusieurs interventions par des personnes de qualité (B. Golse, G. Dehaene ...). Y'a t-il par hasard des anciennes stagiaires qui y vont ? ça fait toujours plaisir de vous revoir. N'hésitez pas à me contacter.

    Pour plus de renseignements sur cette journée, c'est .


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, j'ai fait partie d'un jury de mémoire et j'ai appris deux choses intéressantes :
    1/ Les étudiantes ont fait passer des épreuves de répétition de mots notamment. Elles se sont aperçues notamment que la mesure du score total de réussites reflétait plus les capacités des enfants que les empans.
    2/ Elles obtiennent une corrélation plus forte entre acquisition lexicale et rappel de ordre qu'entre acquisition lexicale et rappel sériel. Pour le rappel de l'ordre, on demande à l'enfantde mettre dans l'ordre des étiquettes correspondant aux chiffres qu'on a dit. Par exemple, on dit "3, 1 , 2". L'enfant doit remettre les étiquettes de ces chiffres dans l'ordre énoncé.

    A méditer ...

    votre commentaire
  • En peu de temps, j'ai vu deux petites filles suivies par une orthophoniste gelbertienne, c'est-à-dire qui a suivi la formation de Mme Gelbert et qui applique sa méthode stricto sensu. Je ne sais pas si elle est très connue en province, alors je vous la présente. J'ai recueilli quelques informations sur son site.
    Gisèle Gelbert est neurologue et aphasiologue. Elle pense que les enfants souffrant de troubles du langage ont un dysfonctionnement neurologique faisant "ressembler" leurs troubles à ceux observés dans les aphasies acquises de l'adulte. Elle propose donc une rééducation basée sur ce principe et appuyée sur un modèle de fonctionnement du langage. Jusque là, l'approche est plutôt intéressante.
    Le problème, c'est que Mme Gelbert en fait un dogme. TOUS les enfants souffrant de troubles du langage peuvent bénéficier de cette méthode (dysphasiques, dyslexiques, mais aussi autistes, déficients intellectuels, syndromes génétiques, etc). SEULES les personnes ayant suivi sa formation peuvent appliquer les exercices, qui sont à suivre à la lettre selon une progression déterminée par Mme Gelbert. Et enfin, le rythme de rééducation est aussi dicté par cette dame : seulement une demi-heure par semaine et sont exclues toutes les autres approches.
    Si vous avez suivi ma formation, vous voyez en quoi tout cela ne peut pas correspondre aux enfants dysphasiques. Aucune méthode ne doit en exclure une autre. Personne ne peut se targuer la méthode miracle rééduquant tous les dysphasiques.
    En soi, la démarche est intéressante et certains exercices plutôt bien construits mais le reste n'est pas pensable.
    N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.
     
    Le 10/03/2017, je désactive les commentaires pour ce billet.




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique