• Enrichissement lexical par lecture de textes

    Aujourd'hui, je partage avec vous le travail de deux de mes étudiantes en orthophonie d'Amiens qui ont cherché comment construire le sens des mots pendant la lecture de textes.

    C'est une inauguration et je les remercie donc : il s'agit de Leslie Pivert et Anne Leroy. Si vous aussi, vous avez un travail d'études à partager en lien avec les troubles d'apprentissage ou la surdité, je vous encourage à me le communiquer.


    Le sujet n'était pas facile mais elles ont proposé des choses intéressantes comme  la carte méthode : une trace écrite de comment on fait est intéressante chez les dysphasiques.

    Attention, dans la théorie, si la remarque sur le dictionnaire est juste et pertinente, on note quelques amalgames :
    o L’acquisition du lexique avant la lecture ne se fait pas uniquement par le biais des formats
    o Le continuum sonore ne concerne pas tous les dysphasiques, mais uniquement les dysphasies réceptives ou mixtes et surtout des jeunes dysphasiques. Les enfants avec une dysphasie expressive n’ont pas ce problème.
      

    On pourrait compléter le matériel par des activités (des cartes ou autres) sur le radical.
    Sur la carte méthode, on pourrait écrire qu’il faut faire appel aux cartes mémo dans l’énoncé : j’essaie de reconnaitre une partie du mot.

     

    « Annonce d'un congrès sur les dysNeuropsychologie de l'enfant »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Mars 2015 à 12:36

    Je viens de lire cet article (ça faisait très longtemps que je l'avais téléchargé), et j'aime beaucoup ! J'ai trouvé ça instructif. Par contre, la méthode "regarde les mots et les phrases autour pour déduire le sens du mot", je ne suis pas sûre que cela marche avec tous les enfants dysphasiques, il y en a qui n'ont vraiment pas assez de méthode pour travailler comme ça...

    Je me suis interrogée aussi sur les classifications présentées : lexico-sémantique, sémantico-pragmatique, phonologico-syntaxique + marqueurs de Gérard. Je les avais vu en formation initiale, mais j'avais cru comprendre que c'était une classification plus ou moins obsolète... Fonctionnes-tu avec cette classification ? Y'a-t-il d'autres façons de classifier ?

    2
    Mercredi 11 Mars 2015 à 15:23

    Alors, oui, j'aurais pu critiquer dans le travail des étudiantes, la classification proposée mais il est vrai qu'il y a encore beaucoup d'endroits où on la propose et où on l'utilise. Il y a très peu de classifications qui soient intéressantes et qui prédisent le devenir des enfants. D'excellentes critiques de ces classifications dans les écrits de nos amis belges, comme d'hab ;) Tu peux aussi télécharger le mémoire de mes anciennes étudiantes (Louise et Mélody), dans lequel un tableau montre l'évolution à l'intérieur d'une classification, c'était celle du DSM-IV. Je n'utilise pas réellement de classification. Je définis un tableau clair de la symptomatologie des troubles mais c'est tout. Parfois, pour parler entre collègues, on simplifie  en utilisant celle du DSM-IV : dysphasie expressive/réceptive/trouble phono.

    Pour "regarde les mots et les phrases pour déduire le sens du mot", je pense que la consigne est à adapter mais sinon, c'est possible avec des enfants dysphasiques à partir de 10 ans. Avant, c'est plus compliqué mais pas impossible (ça dépend des enfants).

    3
    Mercredi 11 Mars 2015 à 16:44

    Merci ! Perso pour les dysphasiques, en diagnostic, je fais pareil que toi : tableau descriptif clair, mais je n'utilise pas ces termes, je n'y suis pas coutumière... Merci de ta réponse !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :