• Effet test-retest et effet d'apprentissage

     

    Je vous propose aujourd'hui une réflexion sur cet effet bien connu des orthophonistes.

     

     

    Effet test-retest et effet d'apprentissage

     

    D'où vient l'expression "effet test-restest" ? Comment est-elle apparue ? Quel est son fondement ?

     

    Ce qu'on appelle l'effet test-retest en clinique c'est le fait de reproposer un test à un sujet dans un intervalle court et supposer que le sujet va avoir appris du test et obtenir de meilleurs résultats la seconde fois.

     

    La vraie signification de l'expression "test-retest" s'emploie en statistique. C'est une mesure pour évaluer la fidélité, c'est-à-dire la capacité d'un test à mesurer de la même manière les capacités d'un sujet d'une évaluation à l'autre. Une explication ici. Mais généralement, on utilise d'autres outils pour mesurer la fidélité.

     

     

     

    D'où vient l'amalgame ? Comment s'appelle cet effet alors ?

     

    Pour répondre à ces différentes questions, j'ai consulté le livre  de Jacques Grégoire, l'examen clinique de l'intelligence chez l'enfant paru en 2006 aux éditions Mardaga.

     

    Le vrai nom c'est l'effet d'apprentissage. Il a été notamment mis en évidence en 2005 par Wechsler lui-même lors de la passation du WISC. Ce qu'il faut savoir pour le WISC, c'est que cet effet d'apprentissage affecte les moyennes des sujets (leurs notes brutes), c'est-à-dire qu'en moyenne, ces notes brutes ont augmenté, mais cela n'a pas affecté pas leur classement les uns par rapport aux autres (donc pas les notes standards). Pour plus d'infos, je vous invite à consulter le livre de Grégoire qui préconise du coup un espace d'un an entre deux passations de WISC pour éviter les effets d'apprentissage car cet effet s'estompe grandement dans le temps. Cependant, on peut s'interroger :

     

    - pourquoi un an ? Dans son livre, Grégoire ne justifie pas ce temps. Il dit juste que l'effet s'amenuise avec le temps et qu'une autre étude de Canivez et Watkins (1998) la différence entre deux passations du test est de 0,5 pts pour des passations ayant eu lieu à 2 ans 1/2 d'intervalle.

     

    - est-ce que l'effet d'apprentissage est le même quel que soit le test administré ? On peut inférer que non. Actuellement, aucun test ne propose une évaluation de cet effet. On peut alors regarder les indices de fidélité, ce que les manuels doivent donner (c'est le critère 8 des critères proposé par Bouchard, Fizpatrick et Janet, 1999). Dans cet article, seuls 3 tests francophones et connus des orthophonistes françaises ont ce critère dans leur manuel. Et encore une fois, le coefficient mesure la stabilité du test à l'aide d'outils statistiques mais pas l'effet d'apprentissage. Je ne connais aucune étude qui ferait ce qu'a fait Wechsler en 2005 avec un test de langage francophone.

     

     

     

    Par exemple, les auteurs de la N-EEL ont utilisé la méthode test-retest pour évaluer la fidélité de leur test. Dans le manuel, on trouve des coefficients de corrélation entre les deux passations qui ont eu lieu entre 25 et 110 jours (on est loin d'une année). Pour la grande majorité de leurs sub-tests, la corrélation est élevée. Ça veut dire quoi ? Que les enfants se classent de la même manière d'une passation à l'autre, en gros, que si T est meilleur que J à la première passation, il sera aussi meilleur que J à la deuxième passation, mais cela ne nous dit pas si la note brute est la même et cela ne nous renseigne pas sur l'effet d'apprentissage.

     

     

     

    L'effet d'apprentissage est-il le seul susceptible d'influencer la stabilité d'un test ?

     

    Non Grégoire rapporte deux autres facteurs : l'évolution naturelle ou influencée par l'environnement et les erreurs de mesure inhérentes à la passation d'un test.

     

     

     

    Bref, arrêtons d'appeler l'effet d'apprentissage "effet test-retest" pour éviter les amalgames. Redonnons lui son vrai nom "effet d'apprentissage".

     

    Gardons le délai d'un an entre deux passations, tout en en connaissant ses limites (pas d'argument scientifique sur la précision du délai, délai posé pour le WISC mais qu'en est-il de l'effet d'apprentissage  pour les autres tests ?).

     

    Avez-vous d'autres sources sur l'effet d'apprentissage ? Vous ai-je convaincu d'utiliser ce terme ? Connaissiez-vous la vraie signification du terme "effet test-retest" ?

     

    C'est la première fois que vous venez sur le blog ? Un document pour vous aider à voir ce que vous pouvez y trouver dans ce billet.

     

    « Dimanche 4 févrierDimanche 4 mars »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 2 Mars à 07:52

    Merci beaucoup pour ce billet Fany et cette recherche que tu as effectué! :-)

    Question "provoc" (et quasi rhétorique) :

    Est-ce qu'on se poserait cette question si on arrêtait simplement d'utiliser les tests normés de manière inadaptée, c'est-à-dire comme outil pour mesurer l'efficacité de la prise en charge? 

    Je file parcourir tout ce que j'ai raté sur le blog ces derniers mois!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :