• Un nouveau fichier sur le graphème composé : ai-ei

    C'est la première fois que vous venez sur le blog ? Un document pour vous aider à voir ce que vous pouvez y trouver dans ce billet.


    votre commentaire
  • Alors, ce n'était pas prévu au programme, mais je suis assez fière du document que j'ai réalisé, d'une part et d'autre part, je voulais vous donner des résultats de ligne de base assez rapidement. Je vous ai mis des lignes de base pour la rééducation du langage oral, essentiellement en syntaxe, mais en voici une sur le lexique orthographique. Le principe, j'ai travaillé sur les mots les plus fréquents, d'après Novlex. D'abord, j'ai dicté une liste conséquente de mots en isolé à l'enfant. J'ai gardé les mots incorrects et j'ai fait deux listes, une liste de mots travaillés et une liste de mots non travaillés. Et voici les résultats. Certes, même sur les mots non travaillés, il a progressé mais il a plus progressé sur les mots travaillés, ce qui veut dire que notre travail a porté ses fruits plus que la progression normale. J'ai redicté des nouveaux mots, et je recommence à choisir une moitié travaillée et une moitié non travaillée. Je vais essayer de ne plus travailler sur les anciens pour voir si les acquisitions se stabilisent ou pas. Je vous donnerai  les résultats à la prochaine passation.


    6 commentaires
  • Eh oui, ça arrive !! Je suis effectivement débordée et ma bonne résolution de publier un article par jour va en prendre un coup !! Donc, dans les prochains jours, il est possible que je sois moins assidue, ici sur le blog mais aussi sur les réseaux sociaux !!


    4 commentaires
  • Encore une ligne de base, réalisée avec les images de lecture plus, pour certaines recolorisées sur la compréhension du superlatif d'infériorité, c'est-à-dire "le moins" :

    le Powerpoint ici et la feuille de cotation ici ou là :

     


    votre commentaire
  • Organisé par le SDOP pour l'Île de France.

    L'histoire de cette initiative ici ou ou encore .

    La maternité où je me suis rendue fait partie d’une clinique privée de la grande couronne de la banlieue parisienne, assez mixte au niveau socio-culturel. Il y a une vingtaine de chambres.

    Lorsque je suis arrivée ce mercredi en début d’après-midi, les affichettes avaient été collées et le personnel que j’ai croisé semblait au courant. J’ai été très aimablement accueillie par la remplaçante de la surveillante générale.

    J’ai donné l’affiche sur info-langage.org et la surveillante avait l’air intéressée. Elle m’a dit qu’elle la collerait dans le service gynéco qui accueille les femmes en consultation. Je me suis dit qu’effectivement, cela pouvait être une bonne idée car pendant la grossesse, les futures mamans ont peut-être plus de temps et sont souvent avides d’informations sur leur futur bébé.

    Grâce à la réunion préparatoire, je me suis souvenue qu’il fallait demander quelles chambres il valait mieux éviter : on m’a signalé une maman kosovar non francophone et une autre, césarisée qui venait d’accoucher.

    Dans les chambres, les familles étaient très contentes de me voir. La plupart du temps, il y avait une visite : un grand-parent, le papa, les autres enfants ou même un nombre impressionnant de personnes.

    Les familles sont un peu sur la défensive au départ. Je comprends, elles reçoivent de nombreuses visites. Mais dès que je précisais que je n’avais rien à vendre (merci à la réunion de préparation, j’avais retenu cette formule), déjà ça allait mieux.

    Dans 3 chambres, j’ai peu échangé : l’une des mamans, infirmière scolaire, m’a dit qu’elle savait déjà tout, une autre maman avait l’air vraiment défendue : elle attendait un biberon pour son bébé et semblait anxieuse, et enfin, cette maman qui avait de nombreux visiteurs et j’avais l’impression de gêner. A ces familles, j’ai donné un livre et la feuille explicative, j’ai expliqué le but de l’action mais je ne me suis pas attardée.

    Dans une autre chambre, la maman était visiblement très fatiguée, elle avait accouché dans la nuit (ou le matin) et avait besoin de repos. Cependant, elle était très intéressée, avait des questions (c’est son premier bébé) et aurait aimé que je repasse un autre jour (ce qui n’était pas possible).

    Dans toutes les autres chambres (7), nous avons longtemps échangé. J’ai eu des questions sur le métier d’orthophoniste, sur le but de cette opération, sur l’intérêt de la lecture aux bébés, sur les échanges entre le bébé et les aînés, sur des indicateurs de problème. J’ai aussi beaucoup écouté sur leurs expériences précédentes avec les aînés et les livres avec les mamans, mais aussi avec les papas, les grands-mères.  Les questions étaient particulièrement plus importantes lorsque c’était le premier bébé. Toutes les familles ont aimé l’initiative et ont dit qu’il fallait continuer. La plupart semblait accorder de l’importance aux livres dès le départ, sauf une maman, mais qui m’a paru convaincue lorsque je suis partie. Les livres ont été appréciés. Pour les premières, je leur demandais si elles voulaient un livre cartonné ou en tissu et les livres en tissu sont partis en premier : il me semble que l’aspect doux, assimilable à un jouet était important avec les nouveau-nés pour les familles. Ensuite, je leur faisais choisir un livre parmi trois et elles avaient du mal à choisir. Les livres ont été appréciés et certaines ont même attentivement regardé les autres livres proposés pour probablement les acheter ou les consulter plus tard.

    Deux familles m’ont demandé mes coordonnées et  du coup, j’étais bien contente de travailler en salariat et de ne pas pouvoir les leur donner. J’aimerais savoir comment les collègues s’en sont sorties dans ce cas-là.

    Pour améliorer ma venue la prochaine fois, je tiendrai un vrai registre des chambres visitées : là, j’écrivais sur une carte de visite que la sage-femme m’avait donnée et évidemment, je l’ai perdue !

    J’espère refaire cela l’an prochain et pourquoi pas dans la même clinique !

     

    C'est la première fois que vous venez sur le blog ? Un document pour vous aider à voir ce que vous pouvez y trouver dans ce billet.


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires